L’eau : une ressource pas comme les autres

Avant d’entrer à partir de mercredi (date du prochain C.C.E.) dans les détails du « Plan d’Avenir » qui sera annoncé officiellement par St Gobain PAM, avant d’avoir une vision plus précise de la posologie du traitement que la direction générale souhaite nous appliquer, puisque nos dirigeants estiment que nous devons nous soigner, la CGT St Gobain PAM tenait à partager avec les salariés quelques réflexions autour des questions relatives à l’eau.

L’eau c’est la vie !

L’eau est un bien vital, fondamental, social, et un patrimoine commun à tous les êtres humains.

Cette ressource unique ne peut être remplacée par aucune autre. Elle est aussi indispensable que l’air à la vie et elle participe à l’équilibre écologique, au maintien de l’environnement naturel, de sa diversité et de sa qualité.

Aussi la politique de l’eau et de l’assainissement doit s’inscrire dans une approche de développement durable qui permette que cette ressource réponde aux besoins actuels des populations et soit préservée pour assurer ceux des générations futures.

Cette politique doit revêtir une dimension internationale.

Ainsi, la CGT soutien la conception des Nations Unies reconnaissant le droit universel pour un accès à une eau potable et buvable en quantité suffisante, et à l’assainissement.

Si l’eau c’est la vie, en filant la métaphore, nous pouvons considérer qu’en tant que producteur de solutions complètes pour l’adduction d’eau et d’assainissement, l’ensemble des salariés de l’entreprise apporte la vie aux quatre coins du monde.

Cette vision particulière que partage la CGT, apporte, s’il en manquait, de la noblesse à nos métiers, qui méritent mieux que d’être considérés comme des coûts ou des niveaux de frais à engager ! Nos établissements industriels, de recherche et commerciaux méritent également mieux que d’être observés ou classés selon une logique purement comptable se basant uniquement sur les prix de revient.

Le marché existe, mais est-il accessible ?

Selon un rapport récent de l’ONU et du Conseil Mondial de l’eau, 768 millions d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable dans le monde, 2,4 milliards sont sans installation sanitaire de base.
Selon l’Aquafed, qui regroupe les opérateurs privés de services des eaux, entre 3 et 4 milliards d’êtres humains n’ont pas d’accès de façon pérenne à l’eau ou utilisent de l’eau d’une qualité douteuse. Près d’un milliard d’êtres humain n’ont accès à l’eau que quelques heures dans la journée ou quelques jours dans la semaine.
Ces difficultés d’accès à l’eau concernent donc près de la moitié de la population mondiale.

la lecture de ces chiffres, chacun peut s’imaginer les difficultés rencontrées par ces populations, la misère dans laquelle elles sont plongées et l’urgence de répondre à ce besoin vital au niveau mondial !

Chacun aura également compris que cette situation dramatique offre pour une entreprise comme la nôtre, des perspectives d’activité à long terme si les « Grands de ce monde » prenaient ce problème à bras le corps et décidaient de le régler !

Ce manque d’eau potable touche principalement l’Asie et l’Afrique subsaharienne. Bien évidemment, ces pays ne disposent pas des moyens financiers permettant de financer ces investissements notamment en Afrique. Il s’agit d’encourager les programmes et les budgets consacrés au développement des pays «pauvres».

A ce sujet, l’Europe avec ses politiques d’austérité et la France ont réduit considérablement leurs budgets consacrés au développement.
Très récemment, le plan d’économie de 4,5 milliards d’euros annoncé par le gouvernement français va amputer grandement les budgets conscrés à ces politiques. C’est autant moins de potentialité d’activité pour des entreprises comme la nôtre.

En parallèle, les Etats-Unis et la Chine consacrent des sommes non négligeables à ces programmes et récupèrent par le fait ces productions.
Il est donc urgent d’agir et d’interpeller les représentants politiques autour de ces questions de développement qui pourraient ouvrir des potentialités d’activité.

En Europe et en France, l’enjeu du renouvellement du réseau …

Le renouvellement du réseau en Europe et en France est un réel enjeu d’avenir pour notre activité.

En effet, un rapport de l’Association des Maires de France estimait que la France disposait d’un réseau d’eau et d’assainissement de 850 000 km de tuyaux. 10 % du réseau à plus de 50 ans, 44 % a plus de 30 ans. Un autre point mis en avant dans ce rapport est le fait que la majorité des canalisations installées depuis les années 70 sont en plastique (PVC – PEHD).

Les enjeux écologiques actuels doivent nous donner un avantage sur le plastique notamment sur la durée de vie des produits.
De plus, un autre des grands enjeux du renouvellement des réseaux sera le rendement. En autre terme, il faudra réduire au maximum les fuites.

Aujourd’hui, le rendement moyen du réseau français est de 72 %, c’est à dire qu’il y a 28 % de fuite. Dans les communes de moins de 1 000 habitants, ce rendement passe à 55 %.

Il y a donc un véritable potentiel pour notre société autour de ces questions.

La gouvernance l’enjeu de demain …

Pour la CGT, la politique de l’eau doit reposer sur des principes fondamentaux :

– affirmer que l’eau n’est pas une marchandise.
– Etablir l’eau comme un bien commun universel, accessible de droit en quantité et qualité à chaque être humain.
– Affirmer que l’eau relève du domaine public dans le cadre d’un service public national de l’eau et de l’assainissement garantissant le droit à l’eau, à tous les citoyens.
– Organiser la planification de la gestion des ressources et des usages pour tenir les objectifs de bonne qualité écologique des eaux et de reconquête des milieux aquatiques.
– Promouvoir et si nécessaire imposer les solutions et procédés de maîtrise des consommations, de prévention des rejets et de dépollution des eaux en dernier ressort.
– Agir pour la préservation de l’eau et de sa ressource, en sanctionnant et responsabilisant fortement les pollueurs, et en interdisant l’utilisation de produits ou procédés risquant de polluer ce bien commun.

L’universalité de ces principes confère de fait à cette politique une portée internationale pour l’action de la France en Europe et dans le monde.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *