C.E. Extraordinaire du 22 août 2017

Bilan de l’activité durant les congés …

Si la plupart des salariés étaient en congés, ce n’était pas le cas de tout le monde.
En effet, des travaux ont été réalisés durant cette période entrainant une activité soutenue, principalement pour les salariés des secteurs de maintenance.

Résultats sécurité :

D’après la présentation de la direction, les résultats sécurité ont été très bons durant cette période avec trois accidents du travail bénins. Ce chiffre est trois fois inférieur à celui de 2016.
La direction a noté également d’avantage de rigueur dès le premier jour des travaux avec un retrait de 11 points sur le passeport EHS pour 9 entreprises.

Au-delà de ces résultats, la direction note d’une part, des efforts réalisés par les entreprises extérieures sur le respect des règles, notamment le port des EPI et sur les analyses de risques.
D’autre part, une meilleure implication des maîtres d’œuvre St Gobain PAM.

La CGT se félicite de ces résultats qui prouvent que dans le domaine de la sécurité comme pour d’autres, tout n’est pas perdu ! Cependant, rien n’est gagné non plus, surtout en matière de comportement !
En effet, d’après des sources diverses et concordantes, il semblerait que certaines entreprises extérieures aient embauché des salariés en contrat intérimaire, comme guetteurs afin d’avertir des contrôles de « la patrouille » probablement pour préserver leur capital de points sur le passeport EHS.

Ce genre de comportement correspondant plus à celui de « petites frappes » de banlieue qu’à celui de préventeurs modernes et avisés, est totalement inacceptable et mérite d’être dénoncé !
Cette attitude digne de primo-délinquants reste fort heureusement très marginale.

Travaux de congés dans le secteur Métal-Energie :

– La première phase de la nouvelle fosse d’ensilage se poursuivra jusqu’à mi-octobre avec la réalisation des finitions. La seconde phase, comprenant les trémies, les extracteurs et les nouvelles bandes transporteuses devrait être réalisée au congés 2018.

– Suite à des différends entre les fournisseurs polonais, le redémarrage du mélangeur 5 sera différé d’une semaine.

– La phase 3 du remplacement de la conduite d’eau potable est quasiment finalisée.

– La réunification des dispatchings HFX-Energie a été finalisée en temps et en heure (moyennant tout de même un certain nombre d’heures supplémentaires).

Travaux de congés dans le secteur Centrifugation :

– Remplacement des chaînes du Four 1 (qui en avaient bien besoin) et réfection partielle de la sole du Four 2 à la 6 mètres.

– Réalisation des fondations et du génie civil de la nouvelle machine à noyauter 6 mètres.

– Amélioration de l’aspiration zingage métallique des emboitements à la 7 mètres.

– Remplacement des 4 automates du Vernis 7 mètres ce qui devrait permettre le développement de projets digitaux).

– Installation de gravage du numéro de tuyau sur la face BE à la 8 mètres. Ce procédé devrait être installé également à la 7 mètres en octobre.

Entrées en commande :

Une commande pour le Koweït a été enregistrée ce qui permettra d’assurer 6 semaines de production en Grands Diamètres dont 25 postes à la 8 mètres.

Aucune autre commande n’ayant été enregistrée, la CGT considère la situation comme particulièrement précaire sur les marchés à l’export.

Un point positif est cependant à noter concernant le litige avec le Qatar, il semblerait que les tuyaux de remplacement fournis donnent entière satisfaction.

Marche à la reprise :

Le faible carnet de commande permettra de produire avec un seul poste en Grands Diamètres par jour et 1,2 machine Moyens Diamètres.
Le passage à 2 postes en Moyens Diamètres est envisagé à partir du 11 septembre. Une confirmation devrait être apportée au prochain C.E.
Le ralentissement des Revêtements Spéciaux semble se confirmer, du moins sur le mois de septembre.
Un essai de marche 100 % pellets sur le HF3 débutera le 11 septembre pour 4 semaines.
Le mélangeur 5 sera indisponible les semaines 34, 35 et 36.

Le Mélangeur 5 étant disponible à partir de la semaine 37, les cycles « normaux » reprendront et la fonderie sera en permanence d’après-midi.

Agglomération :

L’essai 100 % pellets va entrainer des conséquences sur la marche de l’Agglomération qui ne produit que les semaines impaires.

Au cours de la semaine 37, la production sera assurée trois jours et deux jours seront consacrés à des opérations de nettoyage.

Concernant la semaine 39, une organisation sera mise en place afin qu’un maximum de salariés soient positionnés sur des actions de formation. Les salariés non concernés par de la formation seront pointés en congés.

Détachement de 30 salariés vers d’autres établissements …

Suite à l’information qui a eu lieu le 18 juillet dernier, les membres du Comité d’Etablissement étaient amenés à être consultés sur le projet de détachement de 30 salariés vers d’autres établissements.

Rappels

La direction a rappelé le contexte de faible activité notamment en Grands Diamètres.

Le carnet de commande actuel permet au mieux une marche avec un seul poste à la 7 mètres ou à la 8 mètres. De plus, les perspectives d’entrées en commande sur le second semestre ne laissent pas entrevoir une amélioration notoire de la situation à court terme.

Face à cette situation, la direction estime que l’équivalent d’une équipe de GDN sera sans activité sur le site de Pont à Mousson.
Dans le même temps, la société constate la présence de nombreux intérimaires dans d’autres établissements (21 à Blénod, 50 à Foug, 8 à Toul).

Le stock de tuyaux en Petits Diamètres se situant autour des 5 000 tonnes et dans le contexte de spécialisation des centrifugations, la direction ne souhaite pas poursuivre la marche en Petits Diamètres à la 6 mètres.

La direction souhaite donc détacher 30 salariés vers les sites de Foug, Blénod et Toul en remplacement d’intérimaire.

Affectation et calendrier

La direction a réalisé la « pré-affectation » du personnel détaché en lien avec les compétences et les aptitudes médicales validées sur dossier par la médecine du travail.

Conditions d’accueil …

L’accueil des salariés détachés sera réalisé dans les établissements d’accueil le 23 août à 8h30.
A cette occasion, les salariés auront une présentation générale de l’établissement, un accueil EHS, la présentation de l’environnement de travail et la visite du secteur ainsi qu’une visite complète de l’établissement. A l’issue, un repas sera pris en commun.

Les formations au poste de travail débuteront le 24 août.
Durée et suivi
Les détachements sont prévus pour des périodes d’un mois renouvelables chaque mois lors des C.E. ordinaire.

Le retour total ou partiel des salariés détachés sera réalisé en cas de reprise d’activité. Le délai de prévenance est fixé à 15 jours.

Un suivi hebdomadaire sera réalisé par les services RH (PAM et établissement d’accueil), un point spécifique sera réalisé à chaque C.E.

Interventions et position de la CGT …

Lors du C.E. du 18 juillet, la CGT était intervenue sur deux points spécifiques :

– Améliorer les conditions de détachements en neutralisant de la compensation les nuits ou les dimanches qui n’étaient pas réalisés à Pont à Mousson. En effet, compte tenu des écarts entre les primes de rendement sur les différents sites, il aurait été possible que des salariés effectuent des nuits sans voir un plus sur le net à payer avec le « jeux des compensations ».

– Ré-internalisation des retouches, du moins pour le personnel « permanent ». Cette disposition permettrait de proposer des postes sur le site de PAM et limiterait les contraintes de déplacement pour les salariés qui auraient souhaité occuper ces postes.

Sur le premier point, la direction s’est engagée de regarder au cas par cas, la situation des salariés éventuellement concernés.
Concernant les retouches, la direction souhaite mener une réflexion d’ensemble mais n’a pas souhaité ouvrir les détachements sur ces postes.

La CGT est également intervenue concernant les augmentations individuelles, en rappelant que dans l’éventualité où les détachements se prolongeraient jusqu’à la fin de l’année, les salariés détachés dans d’autres établissements ne devaient pas être les « grands oubliés » de l’enveloppe.
La CGT a donc demandé une juste répartition de l’enveloppe entre les salariés présents à PAM et ceux détachés sur d’autres sites.

La direction s’est dite consciente de la situation et a affirmé qu’elle serait attentive afin que les salariés détachés ne soient pas « oubliés ».

La CGT a interrogé la direction concernant le nombre de salariés détachés et notamment sur le fait que le nombre était identique alors qu’il était prévu de mettre en place un second poste à la 6 mètres à partir du 11 septembre.
La CGT a rappelé à la direction qu’elle s’était engagée à tendre vers 0 intérimaire à PAM et qu’il n’y aurait pas assez de salariés pour mettre en place le second poste sans un recours à l’intérim.

La direction a rappelé son engagement de tendre vers le « 0 intérimaire » sur le site de PAM hormis les remplacements d’absents.
De plus, la direction a indiqué qu’à son sens, elle disposait des ressources en interne pour la mise en place du second poste de la 6 mètres. La direction a en outre rappelé que le redémarrage du second poste à la 6 mètres n’était pas certain et mobiliserait une quinzaine de salariés.

Décidément, nous ne disposons pas de la même calculatrice que la direction !

La CGT ayant consulté les plannings avant la réunion du C.E. ne voit pas où peuvent bien se cacher les 15 salariés formés nécessaires au redémarrage du second poste de la 6 mètres. Il est clair que si une équipe supplémentaire est mise en place à la 6 mètres, soit des intérimaires seront recrutés, soit des salariés reviendront de détachement. Dans cette hypothèse, pourquoi les faire partir en août pour les faire revenir en septembre ?

Le CGT reste aussi en désaccord profond avec la réponse de la direction concernant les retouches. En effet, si la CGT souscrit à l’objectif vertueux de produire bien du premier coup, force est de constater que l’on n’y arrive pas pour le moment !
Si ces postes de retouche ne sont pas pérennes pour le moment, ils existent bel et bien, ils pourraient donc tout à fait être occupés par du personnel CDI. Cette ré-internalisation même temporaire permettrait très probablement de réaliser des économies substantielles lorsque l’on voit les sommes engagées depuis le début de l’année !

En considérant 6 salariés permanents aux retouches en y ajoutant une dizaine de salariés nécessaires pour le second poste de la 6 mètres, la CGT considère que la moitié des salariés qui vont être détachés aurait pu être occupés à Pont à Mousson.

Lors de la consultation des membres du C.E. la CGT s’est abstenue considérant qu’un effort avait été réalisé sur les conditions de détachement mais que le refus de la ré-internalisation des retouches ne permettaient pas de donner un avis favorable.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *