Projet d’Avenir St Gobain PAM : jusqu’à 240 emplois supprimés à l’Usine de Pont à Mousson

Un Comité d’établissement extraordinaire s’est déroulé vendredi 8 septembre. Il avait pour objet de décliner les grands axes du projet d’avenir pour l’Usine de Pont à Mousson.

La Direction de l’établissement a tout d’abord présenté les grandes lignes du projet d’avenir que tout le monde connait par coeur désormais, à savoir :

• La suppression de 400 emplois sur 4 ans au niveau de St Gobain PAM dont 200 dans les 18 prochains mois.
• Des investissements de modernisation des installations industrielles conditionnés au retour à la compétitivité.
• Des arbitrages différents concernant l’attribution des commandes entre les établissements industriels toujours conditionnés au retour de la compétitivité.

La CGT a tout d’abord exprimé son profond désaccord avec la logique de ce projet qui pour le moment n’a rien montré d’innovant par rapport aux précédents.
Ce sont toujours les mêmes recettes qui sont appliquées : la réduction des effectifs, et les effets sont toujours les mêmes : incidents techniques, désorganisation des services, perte de compétences, de savoir-faire, d’expertise, dégradation des conditions de travail, perte du sens du travail et de sa finalité, stress … et au final la rentabilité n’est pas toujours retrouvée à la fin !

Les élus CGT ont cité en exemple la spécialisation de la 6 mètres. Ce projet, qui devait permettre aux produits mussipontains d’atteindre les prix de revient des produits chinois est en effet un échec patent, aussi bien sur le plan économique que technique et qu’en matière de condition de travail !

 » Quatre ans après la spécialisation, le prix de la tonne de tuyaux produite à la 6 mètres est 30 € plus cher ! « 

Face à ce constat, la CGT a demandé ce que le bon sens appelait : la sortie de la spécialisation. A ce jour, aucune décision en ce sens n’a été prise, sans doute en vertu du principe Shadocks qui veut que « plus ça rate, plus il y a de chance que ça marche »!

Mais revenons au projet d’avenir et à sa déclinaison sur l’Usine de PAM.

La direction a repris les chiffres présentés à l’occasion des réunions d’informations du personnel afin de justifier les efforts conséquents demandés à l’Usine de PAM. Le joli tableau Excel de la direction présente des chiffres pour le moins accablants avec un taux de frais fixes à 45 % de sa valeur annuelle de production quand les autres établissements industriels présentent des taux entre 30 et 20 %.

Cependant, comme l’a indiqué la CGT il manque une ligne importante dans le tableau, à savoir le taux de charge des installations car il y a indubitablement un effet volume.

Afin d’améliorer la «compétitivité» et atteindre un prix de revient identique à celui de nos concurrents indiens, la direction souhaite «fédérer les équipes» autour de 6 projets que nous allons détailler dans la suite de la publication.

 » L’ensemble de ces 6 projets entraineront la suppression de 180 à 240 emplois d’ici fin 2020 dont 120 à 160 emplois d’ici fin 2018. « 

Ces suppressions concerneront le personnel CDI quel que soit la catégorie (ouvriers – EDTAM) ainsi que le personnel des entreprises extérieures.

D’après les calculs de la CGT selon les fourchettes annoncées par la direction, dans l’hypothèse d’une suppression de 240 emplois la répartition pourrait être la suivante :
• Entreprises extérieures : -60 emplois.
• Ouvriers : -70 emplois.
• EDTAM : -110 emplois.

Ces départs se feront, pour le personnel CDI, sous forme de départs en retraite non remplacés, ruptures conventionnelles et mutations.

A ce stade 60 %, des suppressions d’emploi liées au projet d’avenir sont annoncées sur le site de Pont à Mousson.

La CGT, déjà en désaccord profond avec la logique du projet, est en opposition totale avec la répartition disproportionnée de l’effort qui fait porter au site de PAM le plus gros de l’effort !
Les représentants CGT ayant participé aux réunions d’information du personnel, constatent un décalage certain entre les annonces et communication faites au personnel et la réalité.

Une question reste posée : comment est-il possible de travailler avec la même activité qu’aujourd’hui avec 180 CDI de moins ?

La méthode et les 6 projets « structurants » …

La direction a présenté aux membres du C.E. les grandes lignes de 6 projets permettant de répondre aux objectifs de la Direction Générale :

• La substitution de l’Agglo par les pellets.
• Réorganisation de la maintenance.
• L’adaptation des effectifs des services supports.
• L’adaptation des effectifs de structure des services de production déclinée sur Métal-Energie, la Centrif et les retouches Parc.

La direction estime que ces projets pourraient être mis en œuvre en 2018-2019 et seraient de nature à assurer la pérennité de notre établissement.

Concernant la méthode, la direction souhaite mettre en place des groupes de travail appelés « GOPRO » afin d’analyser les différents projets, les valoriser et trouver d’autres sources d’économie. Une fois les projets ficelés, le cycle habituel d’information et de consultation des instances de représentation du personnel débutera et devra se poursuivre jusqu’à la fin de l’année. Un GOPRO spécifique RH sera créé pour l’ensemble des questions traitant de la mobilité, de la formation et des aspects santé/sécurité.

La direction a précisé que les représentants du personnel pouvaient intégrer les GOPRO en tant que salarié, en «laissant de côté» leur casquette syndicale.

Dans ces conditions, et en vertu du principe qui veux qu’une régression sociale ne se négocie pas mais qu’elle se combat, la CGT ne participera pas aux GOPRO mais continuera à être force de propositions au travers des différentes réunions de C.E., de C.H.S.C.T. ou de négociation et également dans ses publications syndicales régulières.
Le dialogue social à l’allemande sans les prérogatives des syndicats allemands ou la négociation du poids des chaînes ne fait pas partie de l’ADN de la CGT ni du syndicalisme que nous voulons développer.

Projet de Substitution de l’agglomération par des pellets

La direction le présente comme le projet le plus avancé. Des essais vont être réalisés à partir du 11 septembre pour un mois avec des charges 100 % pellets. Ils auront pour but de valider les arrêts et les redémarrages, les ratios techniques.

Une décision définitive concernant l’Agglomération sera prise au mois de novembre pour un arrêt éventuel aux CP 2018.
Le mois de novembre a été retenu car c’est le délai nécessaire pour commander les pellets nécessaires pour la marche à partir des CP. Le GOPRO RH va travailler pour organiser la mobilité des 39 salariés du site de Dieulouard avec des actions de formation renforcées durant les périodes d’APLD. L’économie réalisée avec l’arrêt de l’Agglomération est estimée entre 4 et 5 millions d’euros par la direction.

Ce qu’en dit la CGT :
=> Tout d’abord, avant qu’une décision définitive soit prise, la CGT souhaite que les éléments soient analysés de manière objective notamment la qualité du Métal. Aucun risque de non-qualité ne doit être pris au nom de la rentabilité !
=> Les délais concernant l’approvisionnement en pellets semblent bien longs et vont nuire à notre réactivité si la demande de métal venait à augmenter de façon rapide.
=> Si la décision d’arrêt de l’Agglo venait à être prise, la CGT demande sa mise sous cocon pour une période de 3 ans et qu’aucun salarié ne soit laissé au bord du chemin avec au moins 3 propositions de reclassement sur des postes différents.

Projet Maintenance

La direction souhaite créer un service unique de maintenance sur l’Usine de PAM. Les principaux axes de réduction de coût seront les suivants :
– Ré internalisation de certaines prestations de maintenance. A l’heure actuelle, rien que pour la Centrif et les RS, la maintenance sous-traitée représente l’équivalent de 55 CDI.
– Mutualiser les fonctions transverses (EDTAM) telles que les bureaux d’étude, Automatisme/Régulation, réparations, suivi de contrats, conformité.
– Re dimentionnement des équipes opérationnelles en fonction de l’activité, ce qui passera par l’organisation des lignes et un changement de méthode de travail.

Ce qu’en dit la CGT :
=> La CGT demande depuis de nombreuses année la création d’une seule entité maintenance en centrifugation. La création d’un seul service va au-delà mais peut présenter de vrais avantages à condition qu’elle s’accompagne d’un véritable état des lieux de la situation actuelle. Dans cette perspective, il sera indispensable de renforcer les équipes opérationnelles avec embauches ou des transferts mais aussi d’accompagner et de former les équipes fonctionnelles dans l’approche des nouvelles installations.
=> Les équipes de maintenance usine devront être repositionnées sur nos coeurs de métier, à titre d’exemple les changements de coquilles, le réglage du remmoulage …
=> La création d’un véritable atelier de réparable permettrait d’accompagner la fin de carrière du personnel et générerait des économies substantielles.

Projet Adaptation des effectifs des services support Usine

Les secteurs concernés seraient le magasin, la qualité, l’EHS, les Moyens Généraux, les expéditions et la gestion, les ressources humaines dont le poste de garde et l’infirmerie. En fonction de comparaison avec d’autres établissements, il y aura des projets d’ajustement dans différents secteurs. Un projet de fermeture du poste de garde cokerie et de réorganisation sur l’ensemble des expéditions seraient à l’étude.
Des projets digitaux sont également à l’étude afin de réduire le travail administratif.
Des investissements dans ces domaines ont été mis en avant par la direction, tels que : le contrôle d’accès du poste de garde cokerie (portail et bascule), la mise sur parc avec un système de code barre sur les tuyaux (sortie vernis 7 m), contrôle qualité au cours du process avec des numéros de tuyaux, automatisation du reporting usine.

Ce qu’en dit la CGT :
La CGT étudiera les impacts de chaque projet lorsqu’ils seront présentés avec plus de détails. Si certains nous ferons gagner en efficacité et en qualité de service, la CGT sera cependant vigilante à ce qu’ils ne dégradent pas les conditions de travail des salariés.

Projet d’Adaptation des effectifs Métal-Energie

Dans le cadre d’une marche à un seul haut-fourneau et sans agglomération, la direction souhaite étudier l’impact sur le laboratoire. Elle souhaite également réduire et automatiser le reporting afin de limiter la structure du service.

La direction veut revoir les façons de travailler et l’organisation des différents secteurs de Métal-Energie, les sujets en débat : l’ensilage, la loco-laitier, marche du haut-fourneau le weekend.

Ce qu’en dit la CGT :
Ces différents projets sont dans la droite ligne de la logique du projet d’avenir, la CGT ne voit pas comment il va être possible de produire sans dégrader les conditions de travail et de sécurité en réduisant encore le personnel de ce secteur.
La CGT rappelle que Métal-Energie est en réorganisation permanente depuis un certain nombre d’années et qu’il serait peut-être temps de faire une pause dans la réduction de l’effectif opérationnel.

Projet d’Adaptation des effectifs Centrifugation :

La direction souhaite baser les effectifs sur une activité à 3 postes/jour (2 GDN -1 MDN, 2 MDN – 1 GDN). Elle souhaite donc adapter les équipes de structure (cadre, AMP, AM Posté, ETAM) de ce service pour ce type de marche. La direction souhaite également adapter l’atelier coquilles à l’activité.

Ce qu’en dit la CGT :
La CGT réclame depuis plus d’un an l’adaptation des effectifs de structure notamment dans le secteur 6 mètres où les ouvriers ont un taux d’encadrement supérieur à celui des enfants d’un centre aéré !
Il y a cependant une logique qui échappe à la CGT : pourquoi avoir renforcé la structure de ce secteur ces derniers mois pour la réduire aujourd’hui alors que l’activité est la même ?

Concernant l’atelier coquilles, la CGT attend d’avoir un peu plus de précisions sur le projet de la direction. Cependant, la CGT rappelle que l’atelier coquilles est un secteur stratégique et fondamental dans notre process de production disposant de compétences particulières qu’il faut maintenir coûte que coûte.

Projet retouches parc

Le projet de la direction comporte deux aspects. Un visant à éviter d’avoir à remettre les tuyaux en état, l’autre concernant l’organisation en essayant d’anticiper au maximum afin de mieux maîtriser le coût des retouches.
Deux investissements clés vont être réalisés : la mise en paquet sortie 7 m et le passage en peinture flogul qui semble mieux résister aux conditions climatiques.
Concernant l’organisation, la direction envisage la création d’une zone de préparation de commande permettant d’anticiper les retouches avant les expéditions.

Ce qu’en dit la CGT :
Ce projet semble intéressant et devrait permettre de réduire considérablement le coût des retouches qui a été multiplié par 3 ces cinq dernières années. Reste à savoir qui va effectuer les retouches restant à faire. Pour la CGT cette activité doit être réalisée par du personnel SG PAM.

La CGT appelle l’ensemble des salariés à se mobiliser fortement
Mardi 12 septembre
au travers d’un arrêt de travail de 8h et un rassemblement devant l’Usine de Foug à 8h30.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *