Retour sur la grève et manifestation du mardi 12 septembre 2017 à St Gobain PAM

Le syndicat CGT St Gobain PAM félicite et remercie tous les salariés qui ont participé au mouvement de grève et aux manifestations organisés lors de la journée d’action du 12 septembre 2017.

La CGT remercie tout particulièrement les salariés de l’établissement de Bayard sur Marne, qui, bien que moins impactés par le projet d’avenir se sont tout de même mobilisés. Une délégation de Bayard a participé au blocage de l’Usine de Foug et à la manifestation nancéienne.

Le mouvement a été globalement bien suivi dans l’ensemble et constitue un socle solide pour de futures actions quelles que soient leurs formes.

Lors de cette initiative, les représentants CGT ont eu l’occasion d’échanger avec bon nombre salariés, les inquiétudes sur la pérennité de notre activité sont réelles, les attentes sont fortes et les revendications défendues par la CGT sont largement partagées par le personnel, au-delà du taux de grévistes et du nombre de participants aux manifestations !

A l’issue de cette mobilisation, la CGT a adressé un communiqué a la Direction Générale et aux Directions d’établissements afin de rappeler son positionnement et ses attentes sur le projet d’avenir. Contrairement à ce que certains peuvent penser, tout n’est pas « joué » et la mobilisation des salariés peut faire évoluer la position de la direction sur un certain nombre de sujets.

Les détails du projet d’avenir commencent à être dévoilés dans chaque établissement. A l’Usine de Pont à Mousson, jusqu’à 240 emplois seraient supprimés sur les 4 prochaines années. Pour la fonderie de Blénod l’effort représente entre 20 et 25 emplois supprimés. D’autres informations seront communiquées dans les C.E de chaque site concerné.
La CGT ne peut se satisfaire d’un projet focalisé principalement sur la baisse des effectifs sans de réelles garanties sur la sortie de la spécialisation ni sur une répartition équitable des volumes permettant l’attribution aux Haut-Fourneaux de Pont à Mousson d’une production de 300 000 tonnes annuelles.

Une nouvelle journée de mobilisation se déroulera le 21 septembre prochain, la CGT communiquera très prochainement sur les modalités et les formes définies pour cette action.

Communiqué de la CGT St Gobain PAM envoyé à la Direction Générale et aux directions d’établissement

La CGT et les salariés de Saint-Gobain Pam mobilisés mardi 12 septembre 2017 contre certaines orientations contenues dans le projet d’avenir prochainement déployé par la direction de l’entreprise, constatent que la stratégie retenue par les dirigeants de notre société ne se fonde malheureusement que sur le dogme de la productivité financière. Ce dogme semble si important qu’il passe avant l’investissement, la sécurité, la qualité de vie au travail et l’emploi.

Le projet d’avenir en question s’il n’est pas amendé risque d’engendrer de nombreux problèmes d’organisation et une nouvelle dégradation des conditions de travail des salariés, voire des performances industrielles de notre société, notamment si de mauvais choix sont opérés sans que leurs effets soient réellement mesurés. Pour la CGT, ce projet ne doit pas se focaliser uniquement sur des suppressions d’emplois, en particulier dans les secteurs ou l’entreprise a déjà atteint un seuil de criticité en matière de compétences et d’expertise.

La stratégie développée ne doit pas uniquement être vue par le prisme des gains de compétitivité et de profitabilité. Même si la CGT constate que des ajustements sont indispensables, ce projet ne doit pas sacrifier les atouts qui subsistent encore dans l’entreprise. Par conséquent, le syndicat CGT demande que ce projet d’avenir soit amendé et qu’un certain nombre de ses revendications soient prises en compte notamment :

– La sortie de la spécialisation, en particulier pour le secteur 6 mètres afin de permettre au site de Pont- à-Mousson de retrouver les atouts qui le caractérisent.
– La mise en œuvre d’une stratégie permettant pour les gammes de diamètres 400/600 et sur les pièces spécifiques de maintenir une activité rentable et une véritable qualité de service pour le V PROCESS et plus globalement pour la fonderie de Foug. Avantage avéré de différenciation face à la concurrence. Pour la CGT, le choix d’acheter des pièces en négoce reste problématique et s’avérera sans doute mortifère à terme pour l’activité fonderie de l’entreprise.
– Un arbitrage judicieux des volumes et des garanties sur l’activité permettant à chaque site d’obtenir un échantillonnage de production de nature à ne pas pénaliser les performances industrielles.
– Le maintien des effectifs opérationnels, notamment les personnels liés directement à la fabrication, y compris les salariés du secteur maintenance. Pour la CGT, les postes clés de production et ceux de maintenance font partie intégrante de notre cœur de métier et doivent être préservés.
– La CGT demande également la création d’une seule entité maintenance par établissement permettant une meilleure efficacité. De plus, afin de garantir un haut niveau de maitrise, la CGT souhaite une réinternalisation immédiate des activités, voire des salariés qui détiennent les compétences transférées.
– En ce qui concerne le fonctionnel, notamment les services supports et le personnel ayant une implication dans des projets transversaux, le syndicat CGT souhaite le maintien des fonctions considérées comme indispensables à une marche efficiente de l’entreprise sans déséquilibrer l’interaction entre services opérationnels et fonctionnels.
– En outre, la CGT souhaite que des recrutements soient réalisés sur les compétences critiques. L’entreprise devra aussi mettre en œuvre un accompagnement des salariés quels que soient les postes supprimés afin d’assurer les formations ou les actions de reconversion nécessaires en cohérence avec les besoins en compétences de Saint-Gobain Pam.

La CGT reste résolue dans son opposition à certaines orientations du projet défendu par la direction. Cependant, elle considère que la négociation ne doit pas être rompue et que cette alternative peut permettre, si elle est menée à terme, de faire évoluer les choses, à condition que chacun en exprime une réelle volonté. Plusieurs objectifs et revendications portés par le syndicat CGT permettraient, d’une part de réaliser des économies substantielles et d’autre part, de consolider nos savoir-faire, l’essentiel de nos emplois tout en pérennisant les sites français.

La CGT soucieuse du maintien d’un dialogue social constructif demande à la direction de ne pas franchir la ligne rouge en refusant d’amender son projet d’avenir. Si tel était le cas, la CGT considérerait que le dialogue est rompu et en tirerait toutes les conséquences.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *