Changement de cycles HFX : Une fausse bonne idée !

Un Comité d’Établissement extraordinaire s’est déroulé le 16 novembre dernier avec, à l’ordre du jour, un « projet d’adaptation de l’organisation de la production des Hauts-Fourneaux intégrant un arrêt systématique le dimanche ».
Cette nouvelle proposition d’organisation s’inscrit dans le cadre du projet d’avenir et vise à réduire la quantité de fonte produite ainsi que la réalisation d’une économie substantielle en supprimant une équipe Feux Continus, mais nous y reviendrons un peu plus loin.

Techniquement, la direction veut donc utiliser le Haut-Fourneau comme s’il s’agissait d’un cubilot avec des arrêts systématiques de 24 à 26 h les dimanches ! C’est une première mondiale qui doit être mise en place, qui plus est, à effectif réduit et donc dans des conditions de sécurité loin d’être optimales pour les Hommes et les installations.

En plus de l’arrêt systématique du dimanche, la direction souhaite couper les équipes en deux avec :
4 équipes présentes uniquement lorsque le HF3 produit de la fonte avec un cycle de travail modifié.
5 équipes présentes 24h / 24 dans le cycle actuel.

Cette modification ferait passer l’effectif de ce secteur de 89 à 78 salariés. 46 salariés intégreraient le nouveau cycle et 32 conserveraient le cycle actuel. La direction met en avant un gain de 660 000 euros grâce à cette nouvelle organisation.

Voilà donc le fond de l’affaire, gagner 660 000 € ! D’ailleurs gagne-t-on vraiment cela ? Nous pouvons légitiment nous interroger. En effet, il n’est pas rare dans ce genre de projet que l’on ne regarde que ce qui nous intéresse, à savoir réaliser une économie substantielle et, en matière de communication moderne et inutile, montrer au Groupe que les salariés sont « flexibles », « agiles » etc. …

De plus, cette organisation ne fonctionne que dans une configuration particulière :
1 fonderie.
4 centrifs.

Au-delà, il faut revenir à une marche Feux-Continus classique. Alors le jeu en vaut-il la chandelle ?

Pour la CGT, c’est clairement non, l’organisation Feux Continus est certes contraignante, mais elle assure une stabilité dans les plannings, permet de mieux organiser sa vie extra-professionnelle et assure la sécurité de l’installation, ce qui ne sera plus le cas avec la nouvelle organisation.

Comment seront organisées les équipes avec le projet ?

Pour la CGT, si cette organisation ne pose pas de soucis particuliers en semaine, il n’en va pas de même le week-end.

L’effectif n’est clairement pas suffisant pour réaliser l’ensemble des tâches dévolues le dimanche.

De plus, en cas de dégarnissage ou d’incidents techniques particuliers lors de la procédure d’arrêt du HF3, il faudra obligatoirement arrêter le HF coûte que coûte, même dans de mauvaises conditions, ce qui entraînera des redémarrages pour le moins compliqués, voire un blocage du creuset.

Dans ces conditions, les 660 000 € d’économies visées par cette nouvelle organisation risquent d’être vite engloutis par des attentes fontes ou des retards de production.

En se creusant un peu la tête, il y a probablement moyen de réaliser des économies d’une autre manière !

Quelles conséquences sur la production de fonte ?

La direction estime qu’elle réduira de 7 % la capacité de production de fonte avec cette nouvelle organisation grâce à l’arrêt du HF3 le dimanche. La capacité de production maximale sera de 6 700 tonnes / semaine avec l’arrêt du dimanche contre 7 200 tonnes précédemment.
De plus, avec cette nouvelle organisation, il ne sera plus possible de faire travailler la 6 mètres le lundi matin.

Pour la CGT, si l’arrêt du dimanche venait à démontrer son utilité économique, d’autres solutions existent peut-être. Si cette option n’est pas pertinente, il n’est pas obligatoire de bouleverser l’ensemble des cycles de travail et il est possible d’occuper les équipes à d’autres tâches.

Quel cycle de travail pour les 4 équipes ?

Le cycle de ces quatre équipes serait organisé sur quatre semaines. La durée hebdomadaire de travail serait de 36 h / semaine en y intégrant de la modulation puisqu’en fonction des équipes, il y aurait des semaines à 32 h et des semaines à 48 h.
Du fait de l’augmentation du temps de travail pour les équipes concernées, les salariés bénéficieront de 6 jours de RTT (5 en réalité puisqu’un RTT sera affecté à la journée de solidarité). Les dimanche ne seraient pas travaillés ainsi que trois samedis soir sur quatre.

Position du syndicat CGT :
Ce cycle va augmenter le temps de travail des salariés concernés, ce qui n’est pas un progrès. De plus, il est à noter que c’est la première fois que la direction utilise clairement le dispositif de modulation à l’Usine de PAM.
Certes, le fait de ne pas travailler les dimanches et 3 samedis soir sur 4 est à noter dans la case des avantages, le cycle 2-2-2, moins perturbateur pour le rythme humain en est un aussi.
Cependant, avoir deux salariés qui travaillent côte à côte en semaine et qui n’ont pas le même traitement est-il un progrès ? Faire des semaines de 48 h toutes les quatre semaines en est-il également un ?
Si la volonté de la direction est réellement d’améliorer les conditions de travail des salariés avec le cycle 2-2-2, pourquoi ne l’appliquer qu’à une seule partie du personnel ? Rappelons que lors de la dernière consultation sur le sujet, il aurait peut-être été possible de faire bouger les lignes sur les cycles de travail si la direction n’avait pas cru bon d’y intégrer un changement d’horaires, ce qui a « braqué » tout le monde.
Pourquoi ne pas ouvrir une large discussion avec le personnel et le C.H.S.C.T. (tant qu’il existe encore) pour débattre largement de ces questions de cycle de travail et définir ensemble, avec les contraintes liées à nos installations, le cycle qui correspond le mieux aux aspirations des salariés ? Si une telle démarche était entamée, la CGT serait bien évidemment force de proposition et consulterait le personnel concerné comme elle l’a déjà fait sur cette question !

Quel accompagnement pour les salariés ?

Cette nouvelle organisation entraînerait des mesures de mobilité pour 11 salariés. 4 seraient affectés à la chaîne de coulée, du moins jusqu’aux CP 2018. 7 salariés se verront proposer une mobilité sur l’usine de PAM afin de garder les compétences.

Ces mobilités se feraient dans un premier temps sur la base du volontariat. Ensuite, un certain nombre de critères seront pris en compte, polyvalence, aptitudes médicales, âge, ancienneté.

La direction a indiqué qu’elle appliquerait l’accord de mobilité temporaire, tant pour les salariés en mobilité que pour ceux des quatre équipes.

La CGT met en garde les salariés éventuellement concernés que l’accord prévoit une compensation sur la base des 12 derniers mois. De plus, certains éléments variables du nouveau poste de travail, comme par exemple la réalisation d’heures supplémentaires pourraient venir en déduction de la compensation.
Enfin, en fonction de l’ancienneté des salariés, à terme, il risque d’y avoir des pertes de salaire assez importantes.

Quelles tâches seront réalisées le dimanche ?

La direction a établi une liste des tâches à réaliser le dimanche. En moyenne, elles correspondent à une occupation de 7h30 par salarié.

Une liste prétendue exhaustive a été présenté aux membres du C.E., pour la CGT, clairement de nombreuses opérations ont été oubliées. De plus, les temps affectés sont pour certains, fortement sous-évalués.

Cerise sur le gâteau, si l’on peut dire, certaines opérations telles que :
Le nettoyage du gueulard.
Le nettoyage de la voie laitier.
Le nettoyage du plancher.
Le nettoyage du support des poches 40 t.
Le nettoyage des grilles d’aspiration du dépoussiéreur,
vont être soit sous-traitées, soit confiées à la maintenance.

De plus, certaines tâches seront confiées au Chef Réseau Energie telles que : des opérations au niveau de la désulfuration, la surveillance des mélangeurs et des fours CEM.

L’équipe qui effectuera l’arrêt du HF3 se verra confier certaines tâches entre l’arrêt du HF à 2h et la fin de poste à 4h.
Certaines opérations à réaliser, par exemple le chargement des tympes, tuyères ou descentes de vent seront réalisées avec le renfort du personnel de maintenance.

La CGT tient également à rappeler qu’au cours du temps, un certain nombre de postes ont déjà été supprimés dans le secteur HFX ce qui a entraîné la conclusion d’un contrat de sous-traitance avec une société extérieure pour la réalisation du nettoyage lorsque l’on travaillait avec deux Hauts-Fourneaux.

Depuis deux ans, la marche avec le HF3 aurait dû permettre de ré-internaliser le contrat de nettoyage d’ISS le week-end, ce que la direction n’a jamais fait.

Cette réorganisation risque également d’augmenter la sous-traitance en maintenance puisque le personnel devra aider les équipes de production.

Position de la CGT :
Si la CGT comprend et souscrit à la nécessité de faire des économies, elle est en total désaccord sur la méthode utilisée, toujours la même : à savoir la réduction des frais de personnel.
La CGT regrette que le GOPRO HFX n’ait pas fait l’effort de « sortir de sa zone de confort », afin de trouver des solutions innovantes préservant les emplois.
La CGT a bien compris que l’objectif du projet était d’économiser 660 000 €, c’est pourquoi elle va proposer très prochainement un « contre-projet » permettant de réaliser une économie du même ordre tout en préservant les emplois, le cycle de travail des salariés et la sécurité des installations.
Enfin, si la volonté de la direction est d’améliorer les conditions de travail des salariés, la CGT n’est pas fermée à ouvrir une discussion avec les salariés, en lien avec le CHSCT afin de débattre de la mise en place d’un cycle 2-2-2 en 5 équipes. Cependant, la CGT mettra comme condition sine qua none que le cycle n’évolue que si une majorité de salariés y est favorable.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *