Voeux 2018 : On vous souhaite tout le bonheur du monde …

En ce début d’année nouvelle, les équipes des syndicats CGT de Saint Gobain PAM vous présentons à toutes et à tous, ainsi qu’à vos familles et vos proches, nos meilleurs vœux de santé et d’espoir.
Nous souhaitons à chacun d’entre vous de l’audace, pour que les choses ne restent jamais en place, de la confiance, pour faire disparaître les doutes, du réconfort, pour adoucir les jours difficiles, de la générosité, pour se nourrir du plaisir de partager, de la tolérance, pour donner à tout le monde une chance, du rire, pour s’amuser de tout, même du pire, du courage pour lutter et continuer à avancer.

L’année 2017 vient de s’achever sur quelques notes désespérantes ! Marquée par un impressionnant cortège de conflits qui n’en finissent pas : en Syrie, mais pas seulement, elle a vu arriver au pouvoir, aux États-Unis, un président plus porté sur les réseaux sociaux, la démagogie, la provocation et l’invective que sur la mise en œuvre d’une politique progressiste.

En France, c’est aussi un bouleversement de l’échiquier politique qui se déroula, avec un second tour de l’élection présidentiel opposant deux candidats dont les programmes étaient aux antipodes des préceptes, des idées et de la vision de la société de la CGT. Le choix a été fait non pas sur le programme des candidats mais sur les valeurs démocratiques et républicaines ainsi que sur le refus de la haine de l’autre.

L’année 2017, fut également marquée par les attentes de changement des français, mais aussi par leurs inquiétudes et la résignation d’une frange de la population, notamment les plus démunis et ceux qui ne croient plus en rien.

2017, enregistra aussi une intenable progression des inégalités sociales, l’existence de circuits financiers toxiques, toujours au profit des plus riches, des plus vénaux, des plus méprisables moralement. C’est aussi la persistance de rapports hommes-femmes encore trop souvent marqués par la domination, c’est une fuite en avant dans un mode de vie insupportable pour l’avenir de la planète et de l’humanité.

Sur le plan national, l’année 2017 s’est située dans la droite ligne des années précédentes avec une poursuite de la remise en cause de ce que l’on appelle abusivement les acquis sociaux. Ambroise Croizat, en son temps avait raison de dire : « ne parlez jamais d’acquis sociaux mais de conquis sociaux car le patronat ne renonce jamais ».

2017 fut particulièrement marquée par les ordonnances de la loi travail. Ces ordonnances ont été saluées unanimement par le patronat et combattues farouchement par une CGT souvent esseulée.

Malheureusement, la mobilisation des salariés ne fut pas à la hauteur des enjeux et ne permit pas de faire reculer le gouvernement.

Les effets et les conséquences de cette loi scélérate seront très nuisibles pour les salariés ! Encore une fois, se seront les plus fragiles, les plus précaires et les moins défendus qui en pâtiront.

Faut-il pour autant se désespérer de tout ?

Malgré les vents contraires, de nombreux progressistes n’ont pas renoncé à lutter et à agir en éclaireurs, pour la préservation de ce qui reste de notre planète, pour la construction d’une société plus juste pour tous, pour bâtir un monde et un avenir meilleur.
Car, désormais, nous sommes de plus en plus nombreux à prendre conscience et à distinguer clairement les voies à emprunter. L’année qui vient de se terminer en annonce une autre peut-être difficile, mais, qui peut aussi, s’avérer pleine d’espérance ! Tout n’est qu’une question de choix !

En ce qui concerne Saint Gobain Pam, l’année 2017 fut très compliquée sur le plan industriel, face à une croissance en berne, une concurrence exacerbée, la situation de l’entreprise se fragilisa encore et les résultats économiques, il fallait s’y attendre, ne furent pas au rendez-vous. Face aux problématiques structurelles rencontrées, la direction décida de prendre des mesures drastiques concernant le périmètre, l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise.

Sur le volet social, 2017 fut donc l’année de la déclinaison du projet d’avenir Saint Gobain Pam qui entraînera de lourdes conséquences pour les années à venir, l’arrêt de certaines activités et des transformations industrielles qui auront des impacts significatifs sur nos organisations.

2017 enregistra encore de nouvelles pertes d’expertise, de compétences, qui se poursuivront sans doute si l’hémorragie n’est pas rapidement stoppée, en particulier pour les postes opérationnels. Sur le plan industriel, des incidents techniques à répétition émaillèrent aussi l’exercice en question, occasionnant des surcoûts de production non négligeables. En matière de qualité, notre entreprise fut aussi confrontée à des problèmes de qualité, spécialement sur la commande Qatar. Situation jamais neutre, spécialement pour l’image de marque de l’entreprise.

L’année 2017 ne sera pas un exercice à garder en mémoire à tous les niveaux !

L’année 2018 ne s’annonce pas non plus sous les meilleurs auspices, compte tenu des difficultés auxquelles Saint Gobain Pam et les salariés seront encore confrontés.

Nous nous retrouvons aujourd’hui à la croisée des chemins, face à un projet d’avenir sur lequel il reste encore de nombreux points de désaccord, néanmoins, se projet de la dernière chance ne doit pas échouer, du moins dans sa finalité à savoir permettre de redonner un socle de compétitivité à l’entreprise et assurer sa pérennité.

Ce dernier, même si la CGT conteste et combat certains de ses aspects, constitue à ce jour et dans le contexte économique actuel, la seule alternative crédible à la disparition des derniers Hauts-Fourneaux lorrains encore en activité et de nos établissements français.

La CGT sera intraitable sur le volet industriel et sur le maintien de nos capacités de production. Elle s’efforcera de limiter les effets sociaux les plus négatifs, tout en essayant de préserver tout ce qui pourra l’être.

Plus largement, la CGT, comme elle l’a fait en 2017, veillera à continuer son engagement qui consiste à faire vivre des idéaux sociaux et à aider à construire du mieux. Dans le contexte actuel de remise en cause, ce combat restera très difficile. Dans l’intérêt du débat idéologique, comme de celui de l’indispensable contre-offensive du progrès social et de l’humanisme, nous devrons collectivement être plus résistants, plus organisés afin d’être plus efficaces.

Néanmoins, pour la CGT, l’utilité et l’efficacité passent par un élargissement du nombre de syndiqués. Cet élargissement indispensable est conditionné à l’effort de chacune et de chacun d’entre nous. Parce que le besoin d’humanité, de solidarité dans cette période d’incertitudes se fait encore plus pressant, participer au développement des valeurs véhiculées par le syndicalisme est une œuvre d’intérêt commun. C’est un atout considérable pour contribuer à modifier les rapports de force du côté du progrès social et humain.

Sachez que la CGT poursuivra son action dans l’entreprise avec les convictions et la sincérité que bon nombre d’entre vous lui reconnaissent, avec persévérance et ténacité, tout en défendant en toute circonstance ses valeurs d’égalité, de solidarité et en les mettant au service des salariés et du progrès social.

Bonne année de combats et d’espoir !
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *